Canopé, réseau de création et d’accompagnement pédagogiques Débats citoyens en région Rhône-Alpes

Débats citoyens

Devoir de mémoire et droit à l'oubli

Description : Table ronde publique organisée au lycée Icof (Lyon) dans le cadre des Débats citoyens en Rhône-Alpes.
Durée : 01:27:03
Auteur : Canopé académie de Lyon
Date : Enregistré le vendredi 4 mars 2016
Lieu : Lycée icof
Intervenantes :
  • Jane Plailly, chargée de recherche au Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, CNRS équipe « Olfaction : du codage à la mémoire »
  • Carina Chatain, responsable de l’éducation au numérique à la CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté)
  • Jeanine Paloulian, journaliste
Devoir de mémoire et droit à l'oubli

Pédagogie

Actions menées dans le lycée
autour de la table ronde

Le lycée ICOF a choisi de travailler le thème de culture générale au programme 2016 du BTS : « Je me souviens », thème décliné de la façon suivante : « Du devoir de mémoire au droit à l’oubli » autour de 4 axes :

Plusieurs actions ont été menées autour de ce projet :

  • 8 professeurs impliqués dans le projet, 4 niveaux d’enseignement concernés : 1ere et terminale STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion), BTS 1ere et seconde année.
  • Revue de presse réalisée par des étudiants de BTS 2ème année et des élèves de terminale STMG spécialité SIG (Système d’Information de Gestion).
  • Prise de notes pendant la table ronde par des étudiants de BTS 2ème année. Écriture ensuite d’une synthèse « à plusieurs mains » qui sera intégrée à la publication des Débats citoyens en Rhône-Alpes, édition 2015-2016.
  • « Une histoire de fou » de Robert Guédiguian au cinéma Mourguet à Sainte Foy pour tous les étudiants de BTS 2ème année (une petite centaine d’étudiants)
  • En marge de cette rencontre le lycée présente l’exposition photos « Génocide arménien, en quête de mémoire » ainsi que le livre édité à l’occasion du voyage au printemps 2015 de 7 lyonnais d’origine arménienne dans le Sud de la Turquie (photographie : Pierre Gouyou Beauchamps- Reportage : Daphné Gataldi et Mathieu Martiniere).
  • Émission sur la Web radio Les enfants du Rhône, réalisée par des élèves de 1ere STMG, encadrés par l’animateur de la radio, Arnaud Bonpublic. L’occasion pour les élèves de s’initier à la technique de l’interview radio. Ils ont interviewé les 3 intervenantes de la table ronde ainsi que différentes personnes du lycée participant à ce projet.
  • Voyage d’étude au Sénégal pour les étudiants de BTS AM (Assistant de Manager) 1ère année en février. Un travail sur la mémoire et l’histoire est engagé ; La ville de Saint Louis du Sénégal et la présence française ainsi que l’île Gorée, « île mémoire » de la traite négrière.
  • Opération 100 ans = 100 souvenirs
  • Le lycée ICOF fête en 2016 son centenaire. À cette occasion et en lien avec le thème « je me souviens », les anciens élèves du lycée sont sollicités pour nous communiquer un souvenir marquant de leur scolarité à l’ICOF.
  • Enfin le cocktail offert à la suite de la table ronde fut réalisé par un groupe d’élèves également de 1ere STMG, autour du thème de la mémoire ; plats, couleurs, senteurs oubliés...

Quelques photos

Devoir de mémoire et droit à l'oubli

Les 3 intervenantes : Jeanine Paloulian, Carina Chatain, Jane Plailly (Photo Franck Thénard-Duvivier)

Devoir de mémoire et droit à l'oubli

L’assemblée (Photo Franck Thénard-Duvivier)

Devoir de mémoire et droit à l'oubli

Interview radio de Jane Plailly par des élèves de 1ere STMG (Photo Franck Thénard-Duvivier)

Devoir de mémoire et droit à l'oubli

Un aperçu du cocktail réalisé par des étudiants de 1ere STMG (Photo Franck Thénard-Duvivier)

Mots clés

Droit à l’oubli numérique
Notion de « Devoir de mémoire »

Revue de presse

Cette revue a été réalisée à partir du logiciel documentaire e-sidoc et ne présentant que des articles de revues disponibles au CDI du lycée

Le droit à l’oubli
  • Boris Manenti. « S’il te plaît, Google, oublie-moi ». Nouvel Observateur, 2014, N°2590.
  • Sarah Belouezzane et Martin Untersinger. « La loi numérique cible les données personnelles ». Le Monde, 2015, N°21989, Page 8 du cahier éco.
  • Isabelle Falque-Pierrotin « Le droit à l’oubli numérique ». Inter CDI, 2013, N°244, Page 72-75.
  • Camille Gruhier. « Google seul juge ». Que choisir, 2015, N°534, Page 54-55, ISSN :00335932.
  • Frédéric Brillet. »Nettoyer son passé douteux sur Google ». Management, 2014, N°222, Page 84-85.
  • Michel Arnaud . « Notre identité numérique en 2025 ». L’école numérique, 2011, N°9, Page 30-31.
  • Cécile Maillard. « Soigner votre web réputation ». Nouvel Observateur, 2007, N°2211, Page 124-126
  • Annie Kintzig. « Réseaux sociaux et identité numérique ». Economie et Management, 2011, N°141, Page 4-45.
  • Valérie Quélier et Jean-Marie Portal. « Effacez sur le Web les traces qui nuisent à votre image ». 01NET, 2014, N°791, Page 66-70.
  • Laure Belot. « S’assurer pour protéger sa vie privée et son e-réputation » . Monde.Dossiers et documents, 2012, N°419, Page 7.
  • Amaury Mestre de Laroque, « Limiter ce que Google peut savoir de vous ». 01NET, 2015,N°815, Page 86-87.
  • Laure Kaltenbach et Olivier Le Guay. « Pour l’intimité numérique : des droits universels pour protéger notre identité 2.0 ». Le Monde, 2013 , N°21413, Page 17.
  • Alexandre Serres. « Traces numériques, traces analogiques ». Inter CDI, 2013, N°244, Page 54-59
  • Bruno Mathé. « Effacer toutes ces traces sur les réseaux ». L’ordinateur individuel SVM, 2011, N°242, Page 110-117
  • Sébastien Dumoulin. « Quand Google efface nos casseroles, ça fait du bruit ». 01NET, 2014, N° 802, Page 10, ISSN :22667989.
Mémoire et cerveau
  • Della Chiesa, Bruno. Ce qu'on sait de la mémoire... et tout ce qui reste à apprendre. Cahiers pédagogiques (N°474) [Périodique]. 01-06-2009. p.28-31.
  • Lledo, Pierre-Marie / Cabut, Sandrine. "Il est possible de former et d'effacer des souvenirs". Le Monde (21686 Science) [Périodique]. 08-10-2014. p.3.
  • Le cerveau. TDC (N°926) [Périodique]. 15-12-2006. p.5-52.
  • Wilson, Clare. Le labyrinthe de nos souvenirs. Courrier international (N°1314) [Périodique]. 07-01-2016. p.40-43.
Histoire et mémoire arménienne
  • Esayan, Markar. Turquie. Il n'est toujours pas facile d'être arménien. Courrier international (N°1162) [Périodique]. 07-02-2013. p.11.
  • Minassian, Gaïdz / Duclert, Vincent. Génocide des Arméniens : le droit à l'Histoire. Le Monde (N°21856) [Périodique]. 24-04-2015. p.2-3 du Cahier Livres.
  • Faber, Claude / Mielnikiewicz, Justyna. Turquie Arménie cette frontière qui ne veut pas s'ouvrir. Géo (N°401) [Périodique]. 01-07-2012. p.106-120.
  • Mandraud, Isabelle / Bonnefous, Bastien / Bekmezian, Hélène. L'Arménie recluse dans sa douleur. Génocide des Arméniens : la difficulté de légiférer. Le Monde (N°21857) [Périodique]. 25-04-2015. p.2,11.
  • Lévy, Alexandre. L'exil sans fin des Arméniens. M. Le magazine du Monde (N°215) [Périodique]. 31-10-2015. p.50-54.
  • Mandraud, Isabelle. Le peuple oublié. Le Monde (N°21873) [Périodique]. 15-05-2015. p.14.
  • Génocide arménien. Quatre-vingt-dix-neuf ans de solitude. Courrier international (N°1227) [Périodique]. 07-05-2014. p.28.
  • Minassian, Gaïdz / Weill, Nicolas. La question du génocide. Le Monde (N°21857) [Périodique]. 25-04-2015. p.1,4-5 du Cahier Culture.
  • Génocide des Arméniens. Le Monde (N°21855) [Périodique]. 23-04-2015. p.1-8 du Suppl.
  • Jégo, Marie / Minassian, Gaïdz. La parole turque se libère sur la question arménienne. Génocide des Arméniens, une commémoration pour la paix. Le Monde (N°21856) [Périodique]. 24-04-2015. p.3,13.
  • Wieder, Thomas. Arménie : encore un effort, monsieur Erdogan ! Pour Paris, les "condoléances" d'Ankara sur le génocide arménien ne suffisent pas. Le Monde (N°21546) [Périodique]. 26-04-2014. p.1,3.

Textes écrits par des étudiants de BTS
du lycée ICOF : « Je me souviens… »

Texte 1

Lorsque nous avons abordé le thème « Je me souviens » nous avons participé à un atelier d’écriture sur le thème du souvenir et de l’écriture autobiographique. Il s’agissait de mettre en mots des souvenirs à la manière de Georges Perec qui a écrit 480 souvenirs sur ce modèle

Nous devions nous remémorer des moments comme par exemple un souvenir qui fait appel à un de nos cinq sens tel que le goût ou le toucher, ou encore un souvenir sur un fait historique ou lié à l’école. Nous avons par la suite présenté notre travail à Madame Guernigou. C’est un travail qui est resté personnel car nous n’avions pas à le lire devant la classe ce qui je pense était mieux car il nous a permis de nous livrer plus facilement sans risquer le regard des autres sur des moments personnels de nos vies.

On en a cependant discuté et échangé tous ensemble et nous avons alors à tour de rôle parlé de nos ressentis durant ce travail d’écriture qui nous demandait de nous souvenir d’évènements parfois oubliés.

Pour la plus part d’entre nous, les souvenirs que nous avions écrits étaient de beaux et agréables souvenirs mais pour d’autres cet exercice a aussi fait remonter des souvenirs plus difficiles.

Le souvenir peut en effet être une source de bonheur mais il peut aussi causer de la douleur.

Il est vrai que les mauvais souvenirs ne sont pas faciles à effacer de notre mémoire, surtout lorsqu'il s'agit de quelque chose qui nous a particulièrement marqué. Une rupture, une humiliation, un accident, les souvenirs douloureux se gravent automatiquement dans notre esprit et souvent, on a du mal à tirer un trait dessus. C’est comme si l’on se souvenait plus des mauvais moments que des bons !

Pour ma part, cet exercice m’a permis de ressentir des choses agréables, ça m’a permis de me remémorer des goûts comme celui de... des odeurs, celle de... ou des sentiments même intimes comme... C’était assez surprenant en même temps car j’avais l’impression de revivre ces moments passés.

Il est vrai que durant ce travail d’écriture de mauvais souvenirs ont rejailli, ce qui m’a paru étrange car je ne voulais surtout pas y repenser.

Nous nous sommes rapidement rendu compte que le thème du souvenir était un sujet qui concernait tout le monde et qui nous tenait vraiment à coeur car je pense que le souvenir nous permet d’être la personne qu’on est aujourd’hui et la personne qu’on sera plus tard

Texte 2

D’après le dictionnaire le mot « souvenir » est défini comme : la survivance dans la mémoire, d’une sensation, d’une impression, d’une idée d’un événement passé. Scientifiquement, celui-ci est enregistré dans deux cortex l’un pour le contexte et l’autre pour la mémorisation de l’objet et c’est l’hippocampe qui crée le lien entre les deux types d’élément pour former le souvenir.

Le souvenir est donc composé de différents éléments : le contexte spatial, le contexte cognitif, comportemental et émotionnel.

Dans le cadre du thème du souvenir en culture générale pour le BTS assistant de manager, ma classe a réalisé deux exercices d’écriture sur le souvenir : le premier consistait à décrire ses souvenirs comme l’écrivain Georges Perec dans son livre Je me souviens écrit en 1978 et le deuxième consistait à partir d’une photo d’enfance à la décrire à la façon de l’actrice Annie Duperey dans son livre autobiographique le voile noir écrit en 1992

Par ces deux expériences d’écriture j’ai constaté que le souvenir est beaucoup plus complexe que je ne me l’étais imaginé car il fallait que je fasse remonter tous les souvenirs, les bons comme les mauvais ceux qui sont enfouis et ceux qui se sont enfuis depuis des années. Je me suis mise alors à écrire des souvenirs d’enfance et d’un coup je me suis remémorée un souvenir douloureux et j’ai senti une sensation qui m’envahissait comme une vague, comme si je revivais cette période triste de ma vie. J’ai ressenti de la gêne voire même de la honte. Parfois c’était des trous noirs mais quand je réussissais à me remémorer, je ne me reconnaissais pas dans ces moments que j’ai vécus mais qui pourtant me semblaient étrangers. C’était comme une autre moi.

Et puis survient la question : est-ce que je décide de les retranscrire ou je décide de les ignorer… tout simplement

J’avoue avoir eu du mal à les retranscrire, à les coucher sur le papier mais je devais confronter mon passé et assumer les souvenirs les plus heureux comme les plus tristes. Après tout, les souvenirs appartiennent au passé et je suis entrain d’écrire un nouveau chapitre de ma vie avec des hauts et des bas mais cela représente le cours de la vie.

Sans cette capacité de se souvenir de nos moments passés, nous ne saurions pas ce que nous sommes aujourd’hui car on apprend de nos erreurs et on grandit avec des objectifs qui deviennent de plus en plus clairs.

J’ai donc envie de finir avec cette citation de Victor Hugo « Les souvenirs sont nos forces. Quand la nuit essaie de revenir, il faut allumer les grandes dates, comme on allume des flambeaux ».

Texte 3 : L’ordinaire extraordinaire

Oh ! Une douloureuse réminiscence ! Douloureuse, mais magnifique par sa simplicité : ma mère qui me coiffe et tire mes cheveux pour me faire une coiffure parfaite, tout en s’excusant de me faire mal, quand elle remarque mes grimaces dans le miroir.

Et je suis surprise de découvrir qu’aujourd’hui, de manière tout à fait inconsciente, je fais en sorte de bien soigner mon apparence pour des occasions qui sont pour moi importantes, comme le faisait ma mère chaque jour, car chaque jour passé ensemble était unique et précieux.

Ce qui m’étonne sur cette photo, c’est que je me plie volontiers et avec plaisir au jeu des poses. Je n’ai jamais particulièrement apprécié de me faire prendre en photo : il faut rester là, devant l’objectif, statique, tout en donnant l’impression d’être à l’aise et offrir au photographe un sourire spontané. Mais sur celle-ci, c’est différent. Je vois bien que mon sourire est naturel. Je me sens bien et ce regard plein de tendresse est pour ma mère. Je l’imagine en train de me complimenter ou de me dire des bêtises pour me faire rire (ce qui lui ressemble plus). Après la photo, j’ai dû lui faire un câlin, puis lui demander ce que nous allions faire aujourd’hui.

Les rais de lumières sur le banc et mes vêtements légers, me laissent deviner que c’était un beau jour de printemps ou d’été. Nous avons dû passer une journée que certains pourraient qualifier de banale, mais qui en réalité était, paradoxalement, extraordinairement ordinaire : une mère et sa fille, ensemble. Je suis et resterai riche de ses moments passés avec elle, qui n’était rien de moins que des trésors.

Texte 4 : Le souvenir

Je me souviens de ce moment quand j’étais toute petite et que je voyais ma maman se préparer pour aller au travail. C’était le même rituel chaque matin. Je me souviens qu’elle se mettait devant le miroir pour se faire belle. J’étais toute jeune et j’avais de l’admiration pour cette belle femme que j’avais devant moi. Un jour j’ai voulu faire la même chose j’ai donc pris le maquillage et j’ai commencé à m’en mettre un peu partout sur le visage. Pendant un moment j’ai senti le regard de mon père qui était à côté : il me regardait avec un air un peu désapprobateur. Ainsi il m’a sauté dessus et a commencé a me chatouiller : c’était sa manière à lui de me distraire et d’essayer de m’occuper pour que je ne puisse plus me peindre le visage. Je me souviens que c’était un moment joyeux et que je me suis beaucoup amusée avec mon père, mon héros.

Sitographie