Investir dans le bois

Pourquoi investir dans le bois et les forêts ?

Avez-vous déjà envisagé d’investir dans la filière bois ou dans une forêt ? Ce genre de projet est une excellente manière de diversifier vos placements grâce aux nombreux avantages qu’il peut vous procurer. Si vous êtes réellement intéressé par ce genre d’investissement, voici tout ce que vous connaître, notamment pourquoi, comment et à qui acheter une forêt.

Pourquoi investir dans le bois ?

Le bois est un secteur d’investissement intéressant et les raisons qui expliquent cela sont nombreuses : que ce soit la possibilité de diversification de vos placements, la fiscalité, le secteur prometteur ou encore l’aspect écologique.

Le bois est un secteur d’investissement intéressant
Le bois est un secteur d’investissement intéressant

Une opportunité de diversification

Outre les différents secteurs de placement et d’investissement classiques tels que l’immobilier, le bois est un domaine dans lequel de plus en plus d’investisseurs se tournent. Cette filière permet de diversifier votre portefeuille et elle est considérée comme un Investissement Social et Responsable ou ISR.

De plus, investir dans une forêt, c’est contribuer à sa gestion, à la maîtrise de son exploitation et favoriser son renouvellement. En d’autres termes, vous faites un geste écologique envers la planète tout en obtenant un rendement intéressant. Sur ce point, le bois s’apprécierait d’environ 3 % par an et cette hausse de valeur serait prévue se poursuivre pendant encore de nombreuses années.

Une fiscalité avantageuse

Investir dans le bois propose des avantages fiscaux. En effet, des mesures fiscales sont mises en place afin d’inciter les investisseurs à s’intéresser à cette filière. Parmi ces dispositions, il est attribué une réduction d’impôt sur le revenu à hauteur de 18 %. Si vous passez par un groupe GFF ou GFI, vous pouvez même obtenir une réduction s’élevant à 25 %, dont le montant est plafonné à 100 000 € pour un couple et à 50 000 € pour un célibataire.

Un autre exemple d’avantage fiscal, si vous détenez des parts en nom propre ou via une société spécialisée, vous pouvez bénéficier d’une réduction de 75 % d’impôt sur la fortune. Enfin, le dernier avantage concerne la transmission. Les droits de succession relatifs à des actifs-forêts sont exonérés de 75 %.

Un secteur en pleine croissance

La filière bois est un secteur en plein essor présentant peu de risque. Trois principales industries se focalisent sur l’exploitation du bois, à savoir :

  • Le bois d’œuvre : exploite les bois précieux et semi-précieux afin d’en faire des objets de décoration et artistiques. Sa production annuelle ainsi que celle des dérivés issus des chutes de bois représente 8,2 millions de tonnes par an ;
  • Le bois d’industrie : ce secteur exploite le bois pour en faire des poteaux, des piquets et des matériaux de construction. Le bois utilisé est moins noble et cette filière est celle qui suscite le plus le bois. De nombreuses entreprises se spécialisent dans le recyclage du feuillage et des branches issus du bois utilisé dans ce secteur ;
  • Le bois-énergie : enfin, le bois énergie représente l’exploitation du bois comme combustible en chauffage. Plus de 7 millions de français utilisent le bois pour se chauffer en hiver, ce qui représente une hausse de 25 % depuis le début des années 2000.
Investir dans le bois
Un secteur en pleine croissance

Une solution écologique

 Représente un investissement stratégique s’inscrivant dans les perspectives écologiques. Cela semble contradictoire, mais en réalité, l’utilisation du bois-énergie contribue à atteindre la neutralité carbone. En effet, un arbre serait capable d’absorber à peu près la même quantité de carbone qu’il émettrait lorsqu’il serait utilisé comme combustible.

Ainsi, si l’on totalise le taux de CO2 absorbé tout au long de son existence et celui qu’il émettrait une fois utilisé comme bois combustible, il y aurait une neutralité, d’où la raison pour laquelle le bois serait une solution écologique.

De plus, le bois est considéré comme une énergie renouvelable. Une forêt se régénère en à peine quelques années si elle est exploitée convenablement, tandis que les carburants fossiles mettent des milliers d’années.

Un placement d’intérêt général

Investir dans une forêt est une solution non seulement écologique sur le plan d’émission de CO2, mais préserve également la biodiversité. En effet, les forêts abritent une vaste population de faune et de flore qui pourrait être mise en danger suite à une exploitation intensive. En investissant dans une forêt, vous maîtrisez l’abattage et la plantation des arbres.

La filière du bois est également un vivier pour la création d’emplois. Rien qu’en France, ce ne sont pas moins de 400 000 employés qui travaillent dans ce secteur, une augmentation de près de 22 500 en l’espace de 3 ans. La valeur ajoutée de cette filière dépasse les 26 milliards d’euros, soit plus d’1,5 milliard d’euros d’augmentation en 3 ans.

Quelle est la place du bois sur le marché mondial ?

La filière du bois occupe une place importante dans le monde. Afin d’illustrer ces propos, voici quelques chiffres autour de ce secteur en plein essor :

  • La production mondiale de bois tourne en moyenne autour de 3,4 milliards de stères par an. Le bois industrie est le secteur qui exploite le plus le bois, avec une augmentation de plus de 60 % par rapport au début des années 2000 ;
  • Près de 30 % des forêts dans le monde entier sont utilisées à des fins d’exploitation. Les résineux et les feuillus sont les plus utilisés dans le domaine de la production industriel avec les Etats-Unis, le Canada et la Chine comme principaux producteurs mondiaux ;
  • En France, ce sont près de 8 millions de stères qui sont produits par an. Cela fait un chiffre d’affaires de plus de 2,6 milliards d’euros annuel ;
  • La demande mondiale en granulés a fortement augmenté durant ces dernières années, consécutivement aux objectifs fixés par la Commission Européenne en termes de bioénergie. Rien qu’en 2018, la production mondiale a augmenté de 11 % pour un volume de 37 millions de tonnes ;
  • L’Europe et l’Amérique du Nord sont les plus grands producteurs de granulés dans le monde. L’Asie-Pacifique en produit de plus en plus durant cette dernière décennie, avec une hausse de 15 % entre 2014 et 2018.
Investir dans le bois
La filière du bois occupe une place importante dans le monde.

Le bois : un placement d’avenir

Investir dans le bois représente une perspective d’avenir. En effet, son utilisation en tant que bois énergie est un gage que cette industrie va durer dans le temps. Tout d’abord, le bois est de plus en plus préconisé comme combustible dans les systèmes de chauffage pour son aspect renouvelable et économique. Les granulés et les plaquettes forestières sont moins coûteux que du carburant ou de l’électricité et offrent un rendement satisfaisant en termes de chauffage.

Le monde se tourne également vers les solutions écologiques et respectueuses de l’environnement. L’exploitation maîtrisée du bois s’inscrit entièrement dans cette vision, ce qui fait que l’on se tourne de plus en plus vers cette alternative. Le bois énergie respecte la neutralité carbone et il permet d’obtenir des aides et des avantages fiscaux afin d’inciter les investisseurs et les propriétaires à se tourner vers le bois.

Enfin, le monde de la construction s’oriente de plus en plus vers le bois comme matériau. En effet, ses propriétés isolantes et esthétiques en font un matériau de premier choix, bien qu’il soit plus onéreux que le béton. Il est possible de faire des économies en matière d’isolation sur le long terme avec une maison en bois. Une maison construite avec du bois de qualité peut durer facilement plus de 100 ans. Tous ces éléments poussent à penser que le bois est une filière d’avenir, pleine d’opportunité avec peu de risque.

Comment investir dans les forêts ?

Il existe 3 principales manières d’investir dans les forêts :

  • Investir en nom propre ;
  • Investir via une GFF ;
  • Investir dans une GFI.

Investir en nom propre

Investir en nom propre revient à disposer au moins d’une somme de 500 000 € au moment de l’acquisition impliquant le prix d’achat de plusieurs hectares de forêt et les taxes d’enregistrement de votre propriété et les frais de notaire. Vous pouvez ainsi exploiter directement les produits de vos arbres (fruits, champignons, baies, bois…) ou décider d’en faire un circuit touristique ou de chasse et autres.

Investir via un Groupement Foncier Forestier GFF

Le Groupement Foncier Forestier est une structure s’apparentant à une société civile. Un GFF a pour objectif de préserver, de gérer et d’exploiter de manière convenable des massifs forestiers. Il s’agit d’un groupe d’investisseurs ayant pour but premier la protection de l’aire forestière qui leur est attribuée. En contrepartie, les actionnaires peuvent tirer profit des ressources issues de l’exploitation des forêts grâce notamment à des activités ou la vente de bois. Une assemblée générale est tenue annuellement afin de décider de la manière de gérer la propriété.

Investir dans le bois
Investir via un Groupement Foncier Forestier GFF

Les revenus issus des GFF privilégient d’avantages fiscaux conséquents. Par contre, il est difficile d’intégrer un GFF, puisque le nombre d’investisseurs est limité à 150 personnes tout au plus et qu’aucune communication officielle n’est faite pour intégrer un GFF.

Investir via un Groupement Forestier d’Investissement GFI

Il s’agit de l’option la plus intéressante. Les Groupements Forestiers d’Investissement sont des sociétés agréées par l’autorité des marchés financiers. Les Groupements Forestiers d’Investissement GFI sont dirigés par des professionnels du secteur et permettent une intégration plus facile en tant qu’investisseur. Les rendements sont plus intéressants par rapport à un GFF et vous n’avez pas à vous préoccuper de la gestion forestière, puisque les professionnels sont là pour le faire.

La responsabilité des associés s’étend uniquement à la hauteur de leur part d’investissement et le ticket d’entrée dans un GFI s’élève à 5 000 € en moyenne. Des frais d’entrée et de souscription ainsi que des frais de gestion doivent être pris en compte.

Retour haut de page